«

»

Oct 29

Une troisième disparition…





article issus de la syndication de flux à partir du site les infos-stratèges.


Une troisième disparition…

Le mois d’octobre 2011 ne restera pas très heureux dans l’histoire de l’informatique et de ses grands hommes.

Après les décès successifs de Steve Jobs et de Dennis Ritchie (voir notre actu du 21 octobre 2011), John Mc Carthy nous a quitté le 24 octobre 2011 à l’âge de 84 ans.

Assez peu connu du grand public, John Mc Carthy est considéré comme l’un des pères — avec Marvin Minsky — du concept d’intelligence artificielle comme champ d’étude universitaire.

Se destinant à l’origine à enseigner les mathématiques, cette première vocation marquera fortement son approche de l’informatique tout au long de son parcours : "Celui qui refuse l’arithmétique est condamné à dire des inepties" écrivait-il sous forme de slogan en 1995 sur le site de l’Université de Stanford.

C’est dans cet état d’esprit qu’il créa en 1958 le langage LISP dans les laboratoires du MIT — Massachuchetts Institute of Technologie — langage fondateur de la programmation fonctionnelle qui propose en plus de l’approche impérative habituelle, l’écriture de programmes sous forme de fonctions mathématiques. Il introduit ainsi de nouveaux concepts dans le monde de la programmation comme la récursivité très utilisée aujourd’hui.

De par son formalisme, Lisp a trouvé ses adeptes dans la communauté scientifique, particulièrement dans le domaine de l’intelligence artificielle, et compte aujourd’hui de nombreux descendants tels que Common Lisp ou Scheme toujours enseignés et utilisés dans le milieu universitaire.

Bien entendu son parcours ne saurait se résumer à ce seul langage de programmation. Ses travaux de jeunesse le portent par exemple au rang de précurseur du concept de Cloud computing très en vogue de nos jours ; il est également considéré comme l’un des pionniers en matière de programmation échiquéenne.

À travers ces disparitions, trois grands tempéraments émergent, assez différents sur le fond, mais qui ont su marquer à leur façon leur milieu et leur temps. Espérons toutefois que cette série noire ne survivra pas à l’hiver.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>